Le NO-SQL

Le NoSQL regroupe de nombreuses bases de données, récentes pour la plupart, qui se différencient du modèle SQL par une logique de représentation de données non relationnelle. Cette logique a le double avantage d’augmenter les performances et la capacité à traiter de très grands volumes de données.

Avantages

– Grande capacité de stockage de volume.

– Une meilleure  flexibilité : Une base NoSQL peut en effet croître sans contrainte, sa structure organisationnelle n’est pas liée à un schéma relationnel difficile à modifier.

– Elles offrent de meilleures performances en lecture/écriture que les bases de données relationnelles et possèdent une grande évolutivité.

– Cohérence : Tous les clients voient la même chose, même en présence de mises à jour.

Inconvenients

– Outils de supervision pas très développés.

– Ne fonctionne que pour de très gros systèmes (uniquement pour les grosses entreprises).

– Très couteux.

Exemple de sites utilisant le NO-SQL :

Google, Amazon ou Facebook, pour disposer de bases de données plus adaptées au stockage d’un volume massif de données.

Le site http://nosql-database.org/ maintient une liste à jour de No-SQL.

Le NoSQL reste une technologie attrayante. D’une part elle apporte de l’agilité  au niveau du  développement et de la maintenance.  Il ne s’agit pas non plus de tout basculer vers le NoSQL mais plutôt de s’orienter vers des solutions hybrides en couplant une base relationnelle avec une base NoSQL.

Auteurs:

Pons Thomas
Hyvert Margaux
Le Page Romain

le diaporama de l’exposé NoSQL

 

Ce contenu a été publié dans Veille technologique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le NO-SQL

  1. fgranotier
    Twitter:
    dit :

    Essentiel pour bien comprendre les bases de données NoSQL :
    Le terme NoSQL, la plupart du temps interprété Not SQL signifie Not Only SQL.

Les commentaires sont fermés.