Les données publiques

Le mouvement du libre et de l’open principalement connu dans le domaine du logiciel s’est ensuite rapidement étendu dans le domaine de la documentation, puis des œuvres littéraires, artistiques, ainsi que des données.

L’open Data correspond à la mise à disposition des données publiques. Elles peuvent correspondre à des informations géographiques, les transports, des textes réglementaires, des études… Ces données sont ainsi accessibles à tous, et réutilisables. Cette réutilisation va devenir très importante puisque, de nos jours, le web mobile et les technologies se développent vite, et permettent un traitement rapide d’un grand nombre d’informations.

Pourquoi l’ouverture des données ? L’ouverture des données est accélérée par la reconnaissance de certaines missions liées aux services publics :
1. L’exigence démocratique de transparence de l’État.
2. La transformation de notre société en une société de la connaissance et de l’information et l’incitation corollaire au développement d’activités commerciales fondées sur l’information.
3. Le succès généralisé de l’open innovation (la capacité à bénéficier de la créativité, de l’intelligence et des contributions externes, soit l’open source).

Pour faciliter cette réutilisation, des métadonnées (titres, mots-clés, descriptions, zones géographiques…) permettront d’identifier les données, et les producteurs de données devront privilégier les formats exploitables (XLS, CSV, TXT, XML, etc…).

Même si les données sont gratuites, par décret il est possible de créer une redevance. Mais quels sont les bons principes pour calculer une redevance dans un domaine immatériel ? Doit-on faire des dépenses spéciales pour rendre plus accessibles des données brutes ?

Le conseil d’orientation de l’édition publique et de l’information administrative (COEPIA), se pose une question : doit-il y avoir des licences ?
Il existe deux types de licences : les licences communautaires préexistantes (principalement les licences Créative Commons et ODBL), ou les licences spécifiques. Chaque pays a utilisé les licences qui lui convenaient. La licence ouverte sera utilisé en France par toutes les administrations et les collectivités qui le décident. Cette licence est très ouverte et compatible avec les autres déjà existantes comme :
• l’« Open Government Licence » (OGL) du Royaume-Uni,
• la « Creative Commons Attribution 2.0 » (CC-BY 2.0) de Creative Commons,
• l’« Open Data Commons Attribution » (ODC-BY) de l’Open Knowledge Foundation.

En septembre 2012, Lyon a créé une ouverture des données publiques sur une plate-forme bêta. On y trouvera une centaine de jeux, des images aériennes de l’agglomération (Ortho photographie) base de données, adresses, découpage des communes…

On peut retrouver ces données publiques sur http://www.data.gouv.fr
Licences open : http://www.data.gouv.fr/Licence-Ouverte-Open-Licence

Auteurs:
Floriane Chabrier
Marilyne Rodet
Marlène Vixaysakd

Diaporama de l’exposéDiaporama de l’exposé

Ce contenu a été publié dans Veille technologique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les données publiques

  1. fgranotier
    Twitter:
    dit :

    Berger-Levrault organise, le 17 octobre 2012, un colloque intitulé
    « e-administration : ouverture des données et satisfaction des citoyens ».
    Un conseil scientifique composé de personnalités reconnues des secteurs public et privé.
    Voir le site e-administration

  2. fgranotier
    Twitter:
    dit :

    Le 27 septembre à Paris :
    Première édition de l’événement « Open Data » consacré aux enjeux économiques de l’ouverture des données publiques.
    Voir la vidéo de la conférence

Les commentaires sont fermés.